Yaël Braun-Pivet pointe le problème du sexisme à l'Assemblée

marco-oriolesi-704029-unsplash.jpg

Quand les députés sont hostiles envers les femmes

Allison @Team Bossie

Engagez-vous qu'ils disaient, engagez-vous ! 

On nous l'avait promis et à elles aussi, l'Assemblée Nationale aura droit à sa dose de parité. Bon, comme laisser un peu de place aux homologues féminines c'est compliqué, les femmes députés occupent en réalité 40% des sièges depuis 2017. Du coup, on va dire que la parité dans l'hémicycle, c'est en bonne voie. 

Petit bémol toutefois, certains de ces messieurs ont encore et toujours du mal à considérer leur homologues féminines comme leur égal. On se souvient de l'affaire de la robe à fleurs de Cécile Duflot, qui avait même fini au musée des Arts Décoratifs de Paris, à l'occasion de l'exposition intitulée « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale ».

6 ans après le scandale, c'est au tour Yaël Braun-Pivet (REM), présidente de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, de dénoncer le sexisme toujours trônant au coeur de l'Assemblée. 

Lorsque ce ne sont pas les gardes-robes de ces dames qui sont évaluée, c'est leur légitimité. Ainsi, en janvier dernier, Robin Reda (LR), c'était senti obligé de remercier la présidente "pour (ses) rappels au règlement quasi-maternels". Des propos à l'insubordination et au sexisme à peine caché, que le jeune membre de la Commission des lois a expliqué en ces termes "je dis ça parce que vous pourriez être ma mère"... Mieux encore ! 

Tandis que l'on doute qu'il remercie ses collègues masculins pour leur aide et discours paternels, Yaël Braun-Pivet, elle, avait plutôt mis cela sur le compte d'une erreur de jeunesse. Une erreur qui toutefois révèle une situation alarmiste confit-elle, ce matin, au micro de RTL

Quand les femmes accèdent au pouvoir, on les renvoie soit à la figure maternelle, soit à la maîtresse d’école, comme si lorsque nous exerçons des responsabilités il fallait forcément se retourner vers ces deux figures-là.

Alors que la chanteuse Héloïse Letissier, du groupe Chris(tine and the Queens) dénonçait, fin juillet dernier, la remise en cause perpétuelle de la légitimité des femmes dans leur travail, que nous apprenions ce matin que les violences faites aux femmes redoublaient dans la sphère privée, les déclarations de la présidente de la commission des Lois de l'Assemblée nationale tirent une fois encore l'alarme. Il est plus que jamais temps, pour l'Élysée, de montrer l'exemple...