Imposer un dress Code à Roland-Garros ? La réponse de Serena Williams

serena.JPG

Tenue correcte exigée ? Le pied de nez de Serena !

Allison @Teambossie | 1 minute | #bossienews

Laisse tomber les filles, laisse tomber les filles, un jour c'est toi qu'on laissera ! 

On lui avait pourtant dit à Roland, de lui lâcher la croupe, à Serena. Mais il n’a pas voulu entendre Roland… Résultat : à force de lui reluquer le derrière, il risque de se prendre un sacré revers.

C’est l’affaire ‘sport’ du moment et c’est Bernard Giudicelli, président de la Fédération Française de Tennis qui est au cœur de la polémique.

Interviewé dans le Tennis Magazine du mois de septembre, le président de la FFT officialise l’idée d’instaurer une réglementation des tenues à Roland-Garros. Et il en profite pour prendre à parti la combinaison arborée par Serena Williams, lors du tournoi de cette année.

serenawilliams.jpg

 

« La combinaison de Serena cette année, par exemple, ça ne sera plus accepté. Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin. Si je fais passer une émotion avec quelque chose qui est beau dans un endroit qui est beau, l'émotion est magnifiée. ». En d'autres termes, c'est dire que Serena Williams n'est pas belle dans cette tenue ?

La polémique est lancée ! Mais c'est l'occasion pour la championne de tennis et le D.A de la marque Nike, Virgil Abloh, de répondre aux critiques d'une façon des plus surprenantes !

Lundi, pour son premier match à l’US Open de New-York, Serena Williams fait son entrée sur le court de tennis parée d’une robe asymétrique, noire, à tutu de tulle, telle une ballerine des temps modernes.  

Je me sens si féminine dans ce tutu [...]. Il représente vraiment le message que je veux véhiculer : on peut être forte et féminine en même temps.”
— Serena Williams
serenawilliamstutu.jpg
serena.jpeg

Coup de grâce ! La FFT est au plus mal...

Et coup du hasard - peut-être - le directeur des Internationaux de France, Guy Forget, donne une interview le lendemain à l’Equipe. Alors le débat ne s’arrête pas là…

Favorable à l’établissement d’un dress-code, argumentant « la nécessité d’avoir un style à Roland-Garros », il souligne que l’idée avait été énoncée bien avant le passage de Serena Williams au tournoi.  

« Quand Bernard [Giudicelli] a été élu, c'est moi qui ai voulu le convaincre de réfléchir à ce code vestimentaire »

Alibi ou prise de défense du copain ? On ne le saura jamais vraiment et ça ne change pas le débat. On reste en droit de se demander si les réglementations vestimentaires seront toutes aussi sexistes et subjectives que d'autres règles au tennis. Après tout,  pourquoi Alizé Cornet a-t-elle reçu un avertissement parce qu’elle s’est changée rapidement aux abords d’un court de tennis ? Qui y-a-t-il d'objectivement moins beau ou de moins chic chez une femme à couvrir ses jambes ou à dénuder son buste que chez un homme, à dévoiler son torse ? On se le demande encore… Mais peut-être la FFT nous apportera des éléments de réponse ?