Nadia Murad prix Nobel de la paix

Nadia-Murad-prix-nobel-paix.jpg

De la tragédie au combat de femme libre

Allison @TeamBossie | 3 minutes


C’est une nomination pleine de sens qui s’est produite vendredi dernier. Nadia Murad est Prix Nobel de la Paix 2018. Elle qui a traversé le pire a fait de son martyre son étendard, celui d’une femme qui se bat contre les violences qui lui ont été faites et qui ont été commises envers nombre d’autres femmes, en situation de guerre. Retour sur la tragédie qui a fait naître son combat. 

3 août 2014

Nadia Murad a 21 ans, quand ce jour d’été, l’Etat Islamique s’empare de son village, celui d’une communauté yézidie non musulmane, situé entre l’Irak et la Syrie. 

Lorsqu’ils ne sont pas massacrés, femmes et hommes sont enlevé.e.s, les hommes pour être enrôlés, les femmes pour être vendues et réduites en esclavage où elles seront violées et torturées. Une histoire commune pour Nadia Murad et nombre de ses soeurs, jusqu’au jour où elle arrive enfin à s’échapper… Une histoire qu’elle a décidé de partager. 

17 décembre 2015

C’est une fois libre de ses bourreaux que Nadia Murad rejoint Dohuk, une ville d’Irak où nombre de yézidis ont trouvé refuge. Là-bas, elle se rapproche de l’association Yazda qui soutient la communauté et pousse Nadia Murad à se faire la porte-parole des femmes yézidies, auprès des plus grandes instances internationales. 

Le 17 décembre 2015, elle présente son discours aux Nations Unies, tout en appelant à la mobilisation des gouvernements. Un discours entendu puisqu’elle devient, en 2016, ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’humains.

5 octobre 2018

Après une seconde distinction en 2017 - Nadia Murad reçoit le prix Sakharov - c’est le Prix Nobel de la Paix qui lui est attribué, vendredi 5 octobre. Un prix qui ‘signifie beaucoup’ pour la jeune femme ‘Pas seulement pour moi mais pour toutes ces femmes en Irak et dans le monde entier’, déclare-t-elle.

C’est également l’objectif que semble rechercher le comité des Nobel qui espère changer la considération du viol dans les conflits armés : ne plus le voir comme dommage collatéral mais comme véritable ‘arme de guerre’. Une différence de conception qui implique davantage de considération pour faire cesser les impunités et développer la prévention.

Epilogue

Avec un combat commun aux deux Nobel de la Paix 2018 - Denis Mukwege, le second lauréat est un chirurgien qui vient en aide aux femmes victimes de viols - l’engagement du comité des Nobel n’est plus à trancher. Il est plus que jamais temps de considérer les agressions sexuelles et notamment celles faites aux femmes, au premier plan. Une position que l’on ne peut que soutenir.

Mais dans ce combat pour notre liberté et notre sécurité, nous sommes submergées par la bravoure de Nadia Murad, qui pour changer le monde, a du lui dévoiler son plus sombre vécu.

“Cela n’a pas été facile pour moi de parler de ce qui m’est arrivé parce que ce n’est pas facile, particulièrement pour les femmes au Moyen-Orient, de dire qu’on a été des esclaves sexuelles” - Nadia Mourad