Négociation salariale : 12 femmes nous racontent comment elles ont négocié leur salaire

rihanna money - bossie media.jpg

Elles ont plein de conseils à nous donner

TeamBossie | 5 minutes | #bossietips

On a demandé à la communauté si elles avaient déjà négocié une augmentation de leur rémunération. Certaines ont réussi à obtenir ce qu’elles voulaient, d’autres non. Mais elles ont toutes un conseil à nous livrer.


"Profitez des moments où vous êtes en position de force"

Soyez à l'affût des meilleures opportunités, comme une vague de démissions dans l'entreprise: "j'étais en position de force car il voulait stabiliser l'effectif".


"Ne négociez pas votre salaire dès le premier entretien de recrutement"

Il est préférable d'attendre le deuxième entretien pour aborder les questions salariales : "après le deuxième entretien, ils avaient vraiment envie de me prendre et c'était plus facile pour celui qui allait devenir mon manager de justifier mon salaire auprès de sa hiérarchie".


"Faites la démonstration de votre valeur pour l'entreprise"

Il faut faire la preuve de votre valeur en montrant votre impact dans l'entreprise: "Je ne me suis pas comparée à mes collègues, même si j’aurais pu. J'ai préféré montrer à mes responsables toutes mes réalisations et notamment leur valeur en termes de chiffre d'affaires pour l’entreprise.”


"Montrez-vous coopérative et bienveillante”

Il est contre-productif d'être menaçante. Votre interlocuteur adoptera une attitude plus ouverte si vous cherchez le win-win plutôt que la confrontation directe : "je le mettais en valeur autant que je me mettais en valeur; j'ai aussi veillé à montrer mon enthousiasme pour mon travail et mon envie de rester dans l'entreprise.”

"Ayez confiance en vous"

Si votre interlocuteur ressent votre manque d’assurance, il en profitera pour vous déstabiliser. Il rejettera rapidement votre requête : "j'ai essayé de négocier mon salaire, mais je n'étais pas sûre de moi. Du coup, il a réussi à me retourner le cerveau. En cinq minutes, c'est à peine si je me souvenais de mon prénom !". Pour éviter cela, préparez-vous.


"Restez discrète"

La plupart des entreprises sont loin d’être transparentes . Pour ne pas mettre votre manager dans l'embarras, il est préférable de rester discrète et ne pas alerter tous vos collègues de vos intentions : "La fin de l’année est une période hyper dure à gérer pour les responsables. Tout le monde est sous tension, ils n’ont pas forcément le temps d’expliquer toutes leurs décisions. Accorder une augmentation à une personne plutôt qu’à une autre peut être hyper mal vécu dans l’équipe quand ce n’est pas annoncé de la bonne façon."


"Justifiez votre demande"

Il est connu qu’en matière de négociation, le premier qui annonce un chiffre est défavorisé. Le mieux est de se présenter avec une requête justifiée avant de balancer un chiffre : "avant de commencer à discuter du montant, on était d’accord sur le principe d’une augmentation. Ce n’est pas évident quand on n’occupe pas un poste de commercial. Mais je lui ai fait comprendre que j’allais occuper de nouvelles responsabilités et que j’avais besoin d’incentives."


"Faites attention avec le bluff"

Il est dangereux de parler d'éléments dont on n'est pas certain ou de jouer avec le bluff. Cela peut très facilement se retourner contre vous: "j'ai fait croire à mon employeur que j'avais d'autres offres, ce qui n'était pas vraiment le cas. Il n'a finalement pas accédé à ma demande, mais je suis restée dans ma boîte. J'ai perdu en crédibilité."


"Renseignez-vous sur les salaires octroyés sur le marché"

Prenez connaissance de votre valeur sur le marché du travail, passez des entretiens, renseignez-vous sur la concurrence. Ainsi, vous pourrez plus facilement faire une demande réaliste.


"Don't take no for an answer”

Ne terminez pas votre conversation sur le "non" de votre interlocuteur. Il n'y a pas de refus définitif. Si votre interlocuteur ne vous répond pas positivement dans l'immédiat, dites-lui que vous lui laissez le temps de la réflexion et que vous vous permettrez de revenir vers lui à ce sujet : “j’attends qu’on me dise non trois fois avant d’abandonner, c’est devenu un principe dans tout !”


"Étudiez bien votre interlocuteur"

Est-il vraiment décisionnaire ? Quelles sont ses contraintes ? Quelle est son humeur ? Si votre interlocuteur est en difficulté, il pourra difficilement plaider votre cause. Étudiez également son comportement pour adapter votre posture en conséquence : "Je sais que mon manager n'est pas du genre à tourner autour du pot. C'est pourquoi je me suis montrée directe et franche."


"N'abordez pas uniquement le salaire"

Ne vous contentez pas d'aborder la question du salaire brut. N'hésitez pas à mettre sur la table d'autres avantages (avantages en nature, CE, mutuelle, congés, formation, etc.


En bref, la négociation est une compétence qui se développe. Plus vous pratiquerez, plus vous vous sentirez à l’aise !