Que faire quand on a la flemme d'aller au bout de ses projets perso ?

projetperso.png

Comment aller au bout de ses projets perso ?

@TeamBossie | 2 minutes | #bossietips

"Le plus dur n'est pas l'acte d'écrire en lui-même, le plus difficile c'est de se forcer à s'asseoir à son bureau pour écrire."

C'est avec cette phrase que Steven Pressfield ouvre son livre cultissime "The War of Art". Pour écrire ou pour n'importe quel autre projet perso, le plus dur c'est effectivement de s'y mettre ! Aller au bout d'un projet perso ressemble souvent à un parcours du combattant, on est souvent découragé. Pourquoi ? A cause de la "résistance". Rien à voir avec la seconde guerre mondiale, Steven Pressfield parle de la résistance pour désigner cette force mystérieuse qui nous empêche de travailler, en particulier sur nos projets créatifs. Heureusement, il nous donne aussi les clés pour la combattre.

 #1. Comprendre les manifestations de la résistance
Vous souhaitez écrire, dessiner ou créer un business à côté de votre job à temps plein. L'envie est très présente mais étrangement, vous n'arrivez pas à avancer. Ca vous parle ? Vous faites probablement face à la résistance. Elle peut prendre différentes formes : votre voix intérieur qui sème le doute juste avant de passer à l'action ; votre soudaine envie de distraction ; une baisse d'énergie... Parfois, la résistance peut aussi vous donner de trop grandes ambitions dans le but secret de vous décourager ; forcément, à l'impossible, nul n'est tenu. Avant de s'engager sur un projet, il est donc indispensable de comprendre toutes les façons, parfois très subtiles, à travers lesquelles la résistance va tenter de vous bloquer.

#2. Accepter que ça n'a rien à voir avec vous
Le plus grand frein à lever est l'idée que si vous n'y arrivez pas, c'est que vous êtes nul(le) ou paresseuse. Tout le monde est victime de la résistance ! Il faut s'enlever de la tête l'illusion que certaines personnes ont mille fois plus de volonté que nous. Ce sentiment d'échec renforce la résistance. Au contraire, acceptez la résistance comme faisant part de tout process créatif et ne la prenez pas personnellement. 

#3. Passer professionnel(le)
Pour vaincre la résistance, il faut arrêter de considérer ses projets perso comme des projets perso et choisir de passer pro. Ce qui fait qu'on est "pro", ce n'est pas qu'on est payé pour le faire ou qu'on a un manager sur le dos. Non, ce qui fait qu'un projet est pro, c'est qu'on décide de le faire, même quand on n'est pas d'humeur pour le faire. Concrètement, ça veut dire qu'on se donne des horaires, des objectifs, des deadlines ; et plus encore qu'on s'y tient. Vous n'avez qu'une heure à consacrer à votre projet par jour ? Ce n'est pas grave, choisissez un horaire et mettez-vous au travail. Votre cerveau doit construire une habitude.  

#4. Quand vous travaillez, travaillez vraiment
Une fois la décision de passer pro prise, ne la remettez pas en question ; il n'y a pas de retour en arrière possible. Ne perdez pas de temps à ré-interroger votre choix à chaque séance de travail.  Aussi, consacrez celles-ci à l'exécution de votre plan plutôt qu'à la réflexion sur votre projet. Tenez-vous éloigné(e) de toutes les sources de distraction possible et concentrez-vous uniquement sur la tâche à effectuer. Steven Pressfield conseille de se trouver un mantra à se dire avant de commencer pour faire taire les pensées négatives. On adore ! Essayez : "J'ai choisi d'aller au bout de ce projet qui me tient à coeur. Je n'ai ni doute, ni peur."  Ca vous plaît ?


Le message clé : pour aller au bout de ses projets perso, il faut les traiter comme des projets pro.

Si vous avez un peu de temps  
: Lisez "The War of Art" de Steven Pressfield. 

Le challenge de la semaine : vous avez un projet perso que vous rêvez de lancer ? Choisissez votre routine de travail et trouvez votre mantra !