Mettre en place du mentorat dans son entreprise

brooke-cagle-bossie-media.jpg
 
 

TeamBossie • 4 minutes • #bossietips


Demander à un•e salarié•e de se projeter dans l’entreprise dans cinq ans revient souvent à lui demander l’impossible. Lorsqu’on n’est pas placé à un niveau très stratégique de l’entreprise, il est difficile voire impossible d’avoir l’information suffisante pour imaginer l’évolution des rôles et les besoins des équipes à long-terme. C’est là qu’un programme de mentorat peut faire toute la différence. En effet, le mentorat a plusieurs bénéfices : permettre d’apprendre par l’exemple, d’accéder à de la visibilité, de rejoindre un réseau, de motiver, etc. C’est aussi de plus en plus un argument de poids en matière de communication marque employeur.

Comment mettre en place un programme de mentorat ? Il est tentant d’assigner des mentors et de les laisser se débrouiller. Mais ce n’est évidemment pas la façon la plus efficace de procéder ! Un programme de mentorat ne peut marcher que si les mentors jouent vraiment le jeu et s’investissent. Or, il est facile de se les mettre à dos en leur imposant un programme qui leur prendra du temps sans les accompagner.

Utilisez plutôt les suggestions suivantes pour améliorer vos chances de lancer un programme de mentorat qui enthousiasme tout le monde.



Désignez un responsable

Souvent dans les entreprises, les initiatives meurent faute d’avoir un véritable responsable ! Qui sera le point de contact ? Qui assurera la mise en place du programme ?

Si vous n’appartenez pas à l’équipe RH mais que vous avez l’initiative du programme, la répartition des rôles et la responsabilité de chacun doivent être définies. En avoir l’entière responsabilité est certainement gratifiant (et vous fera connaître de toute l’entreprise) mais êtes-vous certaine d’avoir le temps nécessaire à la construction du programme de mentorat et son suivi ? L’équipe RH est-elle prête à prendre le relai ?

Si vous appartenez à l’équipe RH, explicitez clairement ce que vous attendez des autres parties prenantes. Ce qui vous semble évident ne l’est peut-être pas pour tout le monde !


Donnez une définition claire du mentorat

Vous ne pouvez pas demander aux gens de participer à un programme qu’ils ne comprennent pas. Que se passe t-il concrètement quand on devient mentor ? Qu’est-il attendu des mentoré•e•s ? Quels sont les objectifs du programme ?

Les réponses à ces questions dépendent de la nature de votre activité et du type de salarié dont il s’agit. Vous souhaitez peut-être que votre programme de mentorat préparent vos collaborateurs à un job spécifique. Dans ce cas, il est important de définir le socle de compétences que les mentors vont devoir transmettre et à quel rythme.

A contrario, les objectifs de votre programme de mentorat peuvent être plus ouverts. Dans ce cas, il s’agit d’aider vos collaborateurs à atteindre leurs propres objectifs dans l’entreprise (endosser de nouvelles expertises, acquérir de l’expertise, évoluer à l’international, etc.). Le rôle de mentor n’est pas nécessairement redondant avec le rôle de manager ; la relation n’étant pas soumise à un lien de subordination fort. Le mentor peut également apporter une vision extérieure au quotidien du service, ce qui est fort utile.


Choisissez les mentors

L’option de facilité serait de désigner toutes les personnes avec un niveau de séniorité donné - exemple, tous les directeurs - comme mentor. Mais là encore, ce n’est pas la meilleure stratégie. D’abord, tout le monde ne veut pas devenir mentor et assigner à quelqu’un un mentor qui n’est pas volontaire est injuste. Personne n’a envie de passer du temps avec un manager mécontent !

La meilleure solution est de recourir à des mentors volontaires. Il est d’ailleurs possible de ne pas réserver le mentorat aux plus hauts postes.

Selon la personnalité des mentors, qu’ils soient timides ou a contrario très impressionnants, il est préférable de leur assigner deux personnes plutôt qu’une.

Enfin, qui dit volontariat, dit un grand effort de promotion pour convaincre ! Mais rassurez-vous, si la première session demande beaucoup d’énergie, il est plus facile de convaincre de potentiels mentors pour les suivantes. Pour cela, collectez un maximum de témoignages.


Choisissez les bénéficiaires du programme

Là aussi, la base du volontariat prime. Toutefois, dans le cas où il y aurait beaucoup de candidat•e•s et peu de places, il est important de définir des règles transparentes et justes.

On ne peut que vous encourager à avoir des objectifs de diversité ! En effet, les femmes notamment, sont moins souvent mentorées que leurs collègues masculins. La loi n’admet pas de discrimination positive en la matière, pour autant ça ne signifie pas qu’il faille attendre en se tournant les pouces ! Assurez-vous de bien communiquer sur l’existence de ce programme auprès de toutes les personnes potentiellement concernées.


Définissez des règles

Un rendez-vous une fois par mois ? Davantage ? Encore une fois, il n’y a pas de bonne réponse. Tout dépend de vos objectifs, vos besoins et ceux de l’équipe. Une équipe dont les membres voyagent régulièrement aura plus de difficultés à s’engager sur des dates précises qu’une personne avec un emploi du temps plus classique. De la même façon, un programme de mentorat international peut être avantageux pour votre organisation, mais dans ce cas, il faut faire attention aux contraintes liées à la distance et au décalage horaire.

Autre point très important : la confidentialité. Une bonne relation de mentorat est fondée sur la confiance. Si une personne se confie sur des difficultés à son mentor, l’objectif n’est pas que ça donne lieu à une sanction. Sauf exception, le cas où un comportement enfreindrait la loi ou le règlement intérieur de l’entreprise, il est primordial de préserver la confidentialité.

N’hésitez pas à donner des précisions sur le cadre dans lequel doivent avoir lieu les rendez-vous, ou à fournir des guidelines sur les mauvais comportements à éviter ; plus vos mentors sont accompagnés, mieux c’est.


Effectuez un suivi

Effectué par l’équipe RH ou par vous, le suivi du programme est indispensable. A minima, un questionnaire devra être envoyé aux mentors comme aux mentorés pour recueillir leurs avis. Mais en cas de problème, il est évidemment recommandé d’intervenir et de rencontrer physiquement les intéressés.

Sources : LeanIn.org, HBR.org

Voici les suggestions Bossie ! Vous avez mis en place un programme de mentorat avec succès dans votre entreprise ? Laissez votre témoignage et vos recommandations en commentaire !

 

 

Le saviez-vous ? Les femmes ambitieuses lisent notre newsletter.

 

A LIRE AUSSI