Comment dire à son boss qu'on manque de reconnaissance pour notre travail ?

do-not-steal-bossie.jpg
 
 

C’est la principale cause de démission

Yolande @ TeamBossie • 7 minutes • #bossietips



Dans ce qui semble être une autre vie, à savoir mon passé de Talent Manager, l’un des principaux problèmes que je constatais était le besoin de reconnaissance de la part des équipes. Pas une semaine ne se passait sans les messages de quelqu’un à ce sujet. Mon ancienne boîte est loin d’être la seule dans ce cas : selon une étude de la Dares, la mésentente avec son chef est la première cause de démission en France (46% des personnes interrogées).

Pour autant, tous les boss ne sont pas d’horribles pervers narcissiques, et même les mieux intentionné·e·s peuvent laisser leurs équipes complètement sur leur faim en matière de reconnaissance. Souvent, sans avoir même conscience qu’il y a un problème.

La difficulté, c’est que même si on prend son courage à deux mains pour dire à son boss “je manque de reconnaissance”, il est très rare que ça provoque un changement radical. C’est comme dire à son partenaire “je manque d’affection” ; au mieux, on obtient un bouquet de fleurs et un cadeau totalement impersonnel à la prochaine Saint-Valentin (ne faites pas ça !).


Mais c’est justement le parallèle avec le domaine romantique qui m’a permis de trouver une solution. Il y a quelques temps je suis tombée sur le livre Les langages de l’amour de Gary Chapman. Le pitch : l’amour se communique de différentes façons (au nombre de 5), et même dans un couple aimant, les deux protagonistes peuvent avoir des langages de l’amour différents et donc, ne pas se comprendre.


Les langages de l’amour :

  • les cadeaux

  • les paroles valorisantes c’est-à-dire des compliments ou des encouragements

  • les moments de qualité c’est-à-dire du temps passé ensemble, avec la pleine écoute et attention de chacun

  • les services rendus

  • le contact physique c’est-à-dire une présence, un sourire, une tape sur l’épaule (pas davantage dans le cadre professionnel hein !)



Vous vous dites quel est le lien avec le management ? Prenons un exemple.

Admettons que Pierre est le boss de Mathieu, qui fait un super travail depuis un an. Les langages de l’amour (ou de la reconnaissance) de Mathieu sont les paroles valorisantes et les moments de qualité. Pierre souhaite récompenser Mathieu en lui offrant une prime exceptionnelle (les cadeaux). Mathieu se dit que c’est sympa (encore faut-il que le montant soit significatif), mais il est profondément dérangé par le fait que Pierre ne le félicite jamais (paroles valorisantes) et surtout qu’il ne font plus de réunions ensemble depuis des mois (moments de qualité). En clair, Pierre peut mettre autant d’argent qu’il veut sur la table, ça ne résoudra pas le manque de reconnaissance et le ressentiment de Mathieu.

On travaille pour bien plus que gagner de l’argent.

Les problèmes de communication pourrissent les entreprises car on oublie que les relations de travail restent avant tout des relations humaines. Elles ne sont pas bien différentes des relations de couple.

On travaille pour bien plus que gagner de l’argent. Parce qu’on y passe un temps fou (un peu trop à mon goût), le travail remplit énormément de nos besoins fondamentaux d’amour et d’estime de soi. C’est ce qu’on appelle le besoin de “reconnaissance”. Ce terme cache la dimension sentimentale, pourtant il s’agit bien d’émotions et de sentiments !



Pour obtenir davantage de reconnaissance au travail, il faut d’abord accepter que c’est une dimension affective, d’humain à humain, pas de fonction à fonction. Le salaire vous est dû, pas la reconnaissance. Exit donc les conversations impersonnelles et froides. Ne voyez pas votre boss comme un robot (un robot ne peut pas donner de la reconnaissance). Plutôt que dire “j’ai droit à de la reconnaissance”, dites plutôt “j’ai besoin de reconnaissance”. J’ai bien conscience que ça place dans une position de vulnérabilité particulièrement inconfortable mais ayez le courage d’avoir cette conversation !



Ensuite, il s’agit de préciser ce que vous voulez dire par besoin de reconnaissance. Quel est votre langage de l’amour/reconnaissance ? Comment vous sentez-vous valorisé·e ? Qu’est-ce qui vous blesse par dessus tout au travail ? Exprimez vos attentes dans le détail.



Par exemple, Mathieu pourrait dire :

“La reconnaissance mutuelle est une dimension importante de la relation de travail pour moi. J’aimerais m’assurer qu’on reste sur la même longueur d’onde. Je me sens reconnu et apprécié dans mon travail quand on exprime verbalement des encouragements et quand on prend le temps d’échanger ensemble sur différentes idées. J’aimais beaucoup nos séances de brainstorming.”


Certaines personnes vont en vouloir à leur boss d’être absent·e parce que le contact physique est hyper important pour elle ou parce que leur boss ne file jamais un coup de main. Mais quand on peut en parler ouvertement, en donnant le plus de précisions possibles sur nos attentes, on peut débloquer beaucoup de situations épineuses.


Surtout, n’oubliez pas d’interroger votre boss sur ses langages. Tout le monde a besoin de reconnaissance, même en position de management. Lisez les très bons conseils de notre experte Magali Anderson à ce sujet !



Et si vous managez, assurez-vous de bien connaître les langages de votre équipe. Ça vous évitera bien des déceptions !



Love,

Y



 

 

Le saviez-vous ? Les femmes ambitieuses lisent notre newsletter.

 

A LIRE AUSSI