Comment changer le monde ? Les conseils de Chiara Condi, fondatrice de Led by Her

Photo : Site personnel de Chiara Condi

Photo : Site personnel de Chiara Condi

Elle a fondé une organisation qui aide des milliers de femmes victimes de violence à se reconstruire grâce à l’entrepreneuriat.

Texte : Allison Sieuros pour Bossie Media | Illustration : Julius pour Bossie Media

 

[EXTRAIT DE LA REVUE BOSSIE 01]

Un cursus en Langues et Littérature à l’Université d’Harvard, un master en économie politique internationale à Sciences Po et un autre de la London School of Economics and Political Science…

C’est après un parcours scolaire d’excellence que Chiara Condi rejoint l’European Bank for Reconstruction and Development, où elle travaille sur la question de la représentation et de l’investissement de la femme dans l’entreprise, toutefois sans réelles avancées.

Une expérience décevante qui lui fait comprendre qu’il faudra se battre plus activement.

C’est ainsi que celle qui se définit sur son LinkedIn comme « avocate pour un monde avec plus de femmes fondatrices et de meilleurs de droits pour les femmes », crée en 2014 l’association Led by Her. Une communauté de femmes entrepreneures et fondatrices de start-up qui ont toutes, pour point commun, d’avoir été victimes de violence. L’entrepreneuriat comme un moyen de reconstruction, c’est sa façon de changer le monde.

 

 

Bossie : Quel a été le déclic pour te lancer ?

Chiara : J’ai eu ma première expérience de travail au sein d’une organisation internationale, La Banque Européenne de Reconstruction et Développement et c’est là que j’ai appris l’urgence de travailler sur la cause des femmes aujourd’hui. Je suis devenue passionnée par le sujet et cela m’a donné envie de donner une voix à mes propres idées sur le sujet. J’avais aussi besoin d’être proche du terrain et de faire des choses concrètes pour aider les femmes à se réaliser pour me sentir réalisée moi même. C’est comme ça que j’ai donné vie à l’association. Ensuite, l’action et ce qu’on a crée m’ont donné envie d’aller plus loin et d’avoir plus d’impact.


Bossie : Comment es-tu passée à l’action ?

Chiara.jpg

Chiara : Je suis passée à l’action très rapidement parce que dès que j’ai eu l’idée j’ai contacté les écoles de commerce en leur proposant un premier programme pilote. Elles m’ont tout de suite dit «oui» ce qui m’a permis de mettre en place quelque chose rapidement. Ce qu’on a mis en place était très petit comparé au programme et l’éventail d’activités qu’on offre aujourd’hui mais au moins cela m’a permis de passer à l’action. Souvent il faut penser au plus basique et réduire son projet à la plus petite action qu’on peut faire immédiatement avec les moyens et ressources qu’on a à sa disposition. Souvent dans l’exécution d’un projet, penser trop grand tout suite est une façon de tuer ses rêves au lieu de les réaliser. Même s’il faut toujours avoir une vision !

 

Bossie : Quelle est ta plus grande fierté ?

Chiara : Certainement toutes les personnes qui contribuent à Led By HER et qui donnent leur temps pour aider ces femmes à réaliser leurs rêves. Je trouve que l’association est devenue un vrai mouvement et projet collectif qui me dépasse et j’en suis très fière. Aujourd’hui j’ai un rôle au sein de ce projet mais ce n’est plus mon projet. Je suis ravie que les autres aussi y aient trouvé leur voie.




Bossie : Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à quelqu’un qui comme toi veut changer le monde ?

Chiara : De commencer très petit. Quand j’étais plus jeune j’étais convaincue que le monde se changeait par des méga actions et moyens. Aujourd’hui, je suis convaincue que cela se fait par petit à petit. On ne change pas le monde : on se change d’abord soi même, puis des individus autour de soi qui vont en suite révolutionner d’autres vies autour d’eux, comme une petite goutte dans l’océan. C’est ça le vrai impact et le seul qui fera une vraie différence dans les coeurs et les esprits des gens.


Cet article est extrait de la revue Bossie 01. Pour retrouver la revue dans son intégralité, rendez-vous ici !

 
 

Le saviez-vous ? Les femmes ambitieuses reçoivent la Bossie Letter.

 

 

A LIRE AUSSI