Bossie Muse : Betsy Parayil-Pezard

betsy.png

Coach, entrepreneure, elle préside l’association Mindfulness Solidaire et nous inspire

Allison @TeamBossie | 5 minutes | #bossiemuses

Nos lectrices l’ont reconnue : Betsy Parayil-Pezard, c’est celle qui distille à chaque numéro de Bossie des conseils ultra percutants pour faire de nous des femmes leaders. Comment la décrire en quelques mots ? Betsy est une business coach capable de calmer les montées de stress de n’importe quel PDG ; une conférencière hors-pairs ; une créatrice et dirigeante d’entreprise et depuis cette année l’auteure d’un livre “Méditer c’est se rebeller”. Un palmarès impressionnant qui traduit toute l’énergie qu’elle met en oeuvre pour changer le monde avec humanisme et bienveillance. C’est avec la même volonté de fer qu’elle porte le projet Mindfulness Solidaire, dont elle est co-présidente. Le but ? Apporter les mêmes outils qu’elle propose aux dirigeant·e·s d’entreprise, aux populations fragilisées et notamment les déténu·e·s en prison. Un projet innovant et 100% humain.



Pourquoi instaurer de la méditation en prison ?

A l'origine, ma pratique de Mindfulness m'a offert l'énergie et la puissance pour agir. Ce que je trouve intéressant avec la Mindfulness, c'est qu'elle t'accompagne à te recentrer plus sur toi que sur le monde extérieur et c'est quand tu écoutes ce qui se passe en toi, que tu peux te découvrir davantage et agir. Selon moi, on considère mal le détenu ; on lui demande d’agir sans lui donner les outils pour s’en sortir. La Mindfulness, c’est une pratique un outil, qui permet de changer la perception de la société sur les détenues mais avant tout, changer leur propre perception vis-à-vis d’eux-mêmes, et les inviter à prendre plus de leadership dans leur vie.

Nous croyons fondamentalement en la valeur intrinsèque de chacun.
— Betsy Parayil-Pezard


Comment passe-t-on de dirigeants d’entreprises aux détenues des prisons françaises ?

À 18-19 ans, j’ai eu une première expérience de facilitateur en milieu carcéral qui m’a fait réaliser que j’avais eu beaucoup de chance. De la chance d’être née dans mon quartier, dans mon milieu, dans ma famille…  et j’ai souhaité créer des liens avec des personnes qui n’avaient pas eu les mêmes chances. Ce projet, c’est un peu la boucle-bouclée : mon engagement dans la société est certainement né avant mon apprentissage de la pratique de la Mindfulness. Aujourd’hui j’assemble les deux !


Quelle idée véhicules-tu à travers ce programme ? Comment arrives-tu à convaincre les gens ?

Aujourd’hui je crois que le monde futur ne sera pas un monde élitiste. Pour moi le futur, serait un futur de partage, de solidarité et il est important d’incarner et ou faire des choses qui bâtissent le monde dans la direction que l’on veut voir émerger. C’est pour cela qu’il me semblait important de s’adresser à l’ensemble de toutes les couches de la société mais c’est pour cela aussi que je me devais d’appeler les gens à s’investir dans la co-création. Le programme de Mindfulness Solidaire se déroule sur 8 à 12 sessions, et initie les participants à la pratique de la Mindfulness, à la théorie du changement et aux outils d’intelligence émotionnelle. Ce programme est délivré par des instructeurs expérimentés et engagés. Aujourd’hui, nous appelons au soutien pour le lancement de nos prochains programmes. Ce projet permet au participants de découvrir les clés de la transformation personnelle et du leadership  de façon active, de redevenir acteur de l’avenir de leur société. La Mindfulness Solidaire est un exemple du pouvoir du peuple de faire évoluer les choses, de changer notre vision globale sur les êtres-humains, cela n’appartient pas uniquement à la politique.

Le projet Mindfulness Solidaire permet de véritablement répondre aux problématiques de réinsertion post-carcérale et réduire le taux de récidive : d’après les travailleurs sociaux qui sont au contact des participants du programme, les détenues sont plus calme, arrivent mieux à gérer leur stress et communiquer. Toutefois, la Mindfulness Solidaire n’a pas été envisagé comme un projet politique. Pour moi, il s’agit d’action citoyenne. Mindfulness Solidaire c’est avant tout la possibilité changer les conceptions et faire évoluer la conscience, et nous sommes 12 personnes en train d’oeuvrer ensemble pour délivrer cette vision.

On a laissé la société entre les mains de gens qui ne sont pas beaucoup dans la contemplation. Il faut donc que les gens se réapproprient la société
— Betsy Parayil-Pezard


Justement, tu évoques souvent la méditation comme une porte d’entrée au monde de demain, en touchant ainsi ces deux publics - situés aux extrémités opposées de notre société - est-ce une manière pour toi de globaliser ton message à toutes les couches de la population ?

Il y a un peu de ça oui, je me considère comme un possible tisseur de liens entre des personnes qui semblent tout à fait déconnectées, mais qui ne le sont pas dans mon esprit. En 2017, j’ai co-facilité une expérience de deux jours avec un groupe de cadres et un groupe de personnes en situation de grande précarité. Nous avons donné l’opportunité de réaliser des activités communes, sans aspect d’entre aide entre ces différentes personnes. Le sujet était de voir ce qui empêche chacun d’être en connexion avec les autres et de se débarrasser momentanément de cette vision binaire instaurée par notre culture. Dans ce genre d’expérience, on réalise vite qu’il n’appartient qu’à nous de modifier notre perception de la société.

On ne cherche plus à savoir ce qui va se passer dans l’avenir, on le crée !
— Betsy Parayil-Pezard


Vous avez jusqu’au 19 octobre pour soutenir le projet Mindfulness Solidaire via sa campagne de crowdfunding ! Et retrouvez les conseils éclairés de Betsy en matière de leadership dans notre revue N°01, encore disponible à la commande !